Des mots qui font du bien

Des mots qui font du bien est un laboratoire de création où des adolescents ont exploré concrètement leur rapport à la messagerie technologique – le texto – en découvrant la danse actuelle. Il a eu lieu entre les mois d’avril et juin 2014. Ci-bas, une vidéo sur le processus de création avec les jeunes, réalisée par Dominic Morissette.

Initié par le centre Turbine, en partenariat avec le Centre éducatif communautaire René-Goupil (CECRG) situé dans le quartier Saint-Michel à Montréal, ce projet de création pédagogique a proposé à douze adolescents de devenir sensibles au dialogue et à leur rapport à l’autre par le biais de l’écriture par texto et de la danse actuelle.
Evelyne Boisvert-Beauregard du CECRG et moi-même du centre Turbine nous étions rencontrées à l’été 2013 afin de développer un projet de création pour les jeunes de Saint-Michel qui allait faire émerger chez eux une certaine réflexion sur l’usage des technologies mobiles dans leur quotidien. Nous avons pensé que la danse actuelle pourrait être une discipline intéressante pour soulever la réflexion sur le corps.
Accompagnés par l’artiste-chorégraphe Sara Hanley, moi-même comme pédagogue et Evelyne Boisvert-Beauregard comme intervenante, les participants ont été mis en situation de correspondances numériques dans une dynamique de lenteur et sous contrainte littéraire. Ils ont révélés des mots, des sensations, des situations ludiques qui ont par la suite été transposés sous un lexique de mouvements dansés en duo et en groupe. À l’issue de ce projet, Sara Hanley et les participants ont créé une exploration chorégraphique incarnant les mots et plus intimement, le dialogue de ces jeunes lors des échanges texto.